fbpx
Slide bascule

A PROPOS

C’est l’histoire d’une passionnée, d’une collectionneuse, d’une amoureuse des beaux objets. L’histoire d’une amatrice d’Art qui écumait salons, brocantes et galeries à la recherche de l’objet unique. Celui qui lui raconterait la plus belle histoire. Mais avant cela, c’est surtout l’histoire d’une petite fille rêveuse et aventurière qui passait ses vacances scolaires à chiner en cachette dans le grenier poussiéreux de sa grand mère. De toutes ces découvertes est née une passion pour la chine et la décoration.
Après une première vie dans le secteur de la lingerie fine, Sandrine a fait le pari d’un avenir plus créatif. Né du besoin de partager sa culture et son regard sur l’esthétique et le savoir-faire artistique. De partager aussi son admiration pour l’oeuvre, la matière et ceux qui la travaillent.

J+2

Une matière. Une pièce. Et après ?

Secteur CRAFT : raison contre passion ?
Pas vraiment. Pendant 5 jours, à Villepinte, on a parlé de « l’évolution actuelle des modes de consommation orientée vers une recherche de production locale. » En opposition à la production standardisée, donc. Très bien ! Et même, très vrai. Et tant mieux.
A Maison&Objet, on trouve des jolies données, réelles et vérifiées, mais on écoute aussi les madeleines des Talents Corner Art présents dans les allées.

On le dit « dynamique », c’est vrai.

C’est même une véritable « réponse aux enjeux du marché », oui.

Le secteur de l’artisanat est jugé « représentatif des aspirations et mouvements contemporains de notre société ».

Sacrées bonnes nouvelles pour les créateurs !

Mais avant d’être tout ça, la création est un choix, une émotion, une histoire de sens et d’envies de matières.

Deuxième jour de l’après Maison&Objet de janvier 2020 pour Véronique Darcon-Cazes

Véronique ouvrait son atelier il y a un peu plus de 7 ans, à Montmartre. En fin d’année dernière, elle a jugé important de célébrer le moment. Parce que c’est sa VIE. Elle s’est construit son univers, un monde dans lequel « les pierres parlent ». Les totems qu’elle élève y sont « bienveillants ». Véronique se souvient d’un « vrai coup de foudre » en 2009.

Elle a touché l’ardoise et l’a trouvée « surprenante et vivante ». Aujourd’hui, elle la nourrit et la protège. Elle la veut naturelle. Donc vivante. Véronique fait des clins d’œil à sa vie d’avant, elle ajoute du cuir à ses créations de pierre. Comme un vieil amant dont on se souviendrait ? Une belle nostalgie.
Délibérément ouverte aux nouvelles rencontres, Véronique laissera venir « d’autres matières » en fonction des envies et de la vie. 

C’est probablement ce sens-là que l’on recherche – et que l’on trouve – dans les allées d’un certain secteur du salon. Et bien au-delà.

Crédit photos © Web Vision 360