fbpx
Slide bascule

A PROPOS

C’est l’histoire d’une passionnée, d’une collectionneuse, d’une amoureuse des beaux objets. L’histoire d’une amatrice d’Art qui écumait salons, brocantes et galeries à la recherche de l’objet unique. Celui qui lui raconterait la plus belle histoire. Mais avant cela, c’est surtout l’histoire d’une petite fille rêveuse et aventurière qui passait ses vacances scolaires à chiner en cachette dans le grenier poussiéreux de sa grand mère. De toutes ces découvertes est née une passion pour la chine et la décoration.
Après une première vie dans le secteur de la lingerie fine, Sandrine a fait le pari d’un avenir plus créatif. Né du besoin de partager sa culture et son regard sur l’esthétique et le savoir-faire artistique. De partager aussi son admiration pour l’oeuvre, la matière et ceux qui la travaillent.

J+5

Une matière. Une pièce. Et après ?

Interprétations, détournements, compositions. L’univers, l’atmosphère, la lumière, l’effet, la texture, la poésie, l’audace, le style et l’engagement.
Sur un salon, on trouve autant de stands que de raisons et de façons de faire.
C’est aussi ce qui fait l’éclat singulier de l’art « Fait en France ».

Véronique Joly-Corbin a choisi le porte-plume comme outil et la porcelaine de Limoges comme toile. De la porcelaine de Limoges uniquement, pour la précision du savoir-faire français et l’assurance de la transparence raffinée de la matière !

Ici, la matière est un support. Viennent ensuite les mots et les images dessinées, les oxydes métalliques et les cuissons.

L’artiste-peintre anime la porcelaine de compositions d’images et de mots d’esprit.
Un ton malicieux et des choix documentés viennent secouer l’assiette en porcelaine et son côté désuet. La matière porte déjà l’histoire et l’image d’un certain prestige de la France.

A cette idée « d’héritage esthétique », Véronique ajoute celle du voyage dans le temps qu’est la peinture sur porcelaine. De cette imagerie, la peintre s’amuse.

En insistant sur le noir et blanc et les pièces uniques, elle apporte un petit air « rétro » à ses récits.

Pour chaque histoire, elle tisse un fil, de couleurs cette fois. Sorte de touche finale pour une oeuvre toujours judicieusement construite.

C’est autour d’un thème, d’une anecdote ou d’un mot qu’elle s’applique à construire un univers tout entier.

Ses créations peuvent se poser au mur, personnaliser une crédence ou même rester un contenant en cuisine.

Cinquième jour de l’après Maison&Objet de janvier 2020 pour Véronique Joly-Corbin

Sur son stand, c’est Notre Dame de Paris, en 5 assiettes de porcelaine, que Véronique a choisi de mettre en avant. Touchée, elle a voulu raconter et n’a oublié personne, de Victor Hugo à Quasimodo.  La fameuse « Rose de la façade » est bien là, les flammes aussi…
Cette fois, c’est une Histoire sur socle. Le mur ne la portera pas, elle est posée.

Ses objets de porcelaine sont désormais soutenus – et même portés – par les socles résistants d’un ferronnier d’art.

C’est le sens de l’histoire des créations de Véronique Joly-Corbin : à l’avenir, elle multipliera les collaborations.

De quoi écrire encore et encore l’histoire en bleu-blanc-rouge de l’excellence française.

Crédit photos © Web Vision 360