fbpx
Slide bascule

A PROPOS

C’est l’histoire d’une passionnée, d’une collectionneuse, d’une amoureuse des beaux objets. L’histoire d’une amatrice d’Art qui écumait salons, brocantes et galeries à la recherche de l’objet unique. Celui qui lui raconterait la plus belle histoire. Mais avant cela, c’est surtout l’histoire d’une petite fille rêveuse et aventurière qui passait ses vacances scolaires à chiner en cachette dans le grenier poussiéreux de sa grand mère. De toutes ces découvertes est née une passion pour la chine et la décoration.
Après une première vie dans le secteur de la lingerie fine, Sandrine a fait le pari d’un avenir plus créatif. Né du besoin de partager sa culture et son regard sur l’esthétique et le savoir-faire artistique. De partager aussi son admiration pour l’oeuvre, la matière et ceux qui la travaillent.

Là où tout re-commence

Maison&Objet, septembre 2019

Le temple du design et de la décoration

Pour eux, le moment est particulier, c’est le début et la fin. Après des semaines ou des mois de création, ils sortent de l’atelier et s’installent.

A chaque stand, son créateur. A chaque créateur, ses raisons de faire et ses façons d’être.

Les œuvres, si elles bougeaient, auraient la démarche chaloupée de la mannequin sur le podium.

Depuis le premier rang, Corner Art a vu, regardé vraiment et écouté aussi.
Les artisans d’art racontent à ceux qui veulent bien s’attarder un peu.

Ce que l’œil voit, le cœur le ressent.

En septembre 2019, le cœur de Corner Art aura battu 5 fois au défilé de Maison&Objet.

Les artisans d’art sont des magiciens

Ils révèlent la matière et taisent leur travail. C’est le geste et la main.

Satoshi Okamoto parle de « l’honnêteté » de ses pièces. Il est souffleur de verre venu du Japon. Il a appris pour se laisser guider par ses propres émotions et par la Nature. Pour que, finalement, la pièce attrape l’œil. Corner Art s’est fait avoir.

Le Verseau est né d’une technique unique, mise au point par l’artiste. Désigné lauréat 2019 du concours des Ateliers d’Art de France pour la région Centre-Val de Loire avec cette jarre en verre soufflé remarquable, le créateur ne laisse rien au hasard. Il maîtrise les techniques et la matière.

Au Japon, la pièce artisanale doit vivre avec l’esprit des artisans. Le Japon était à Villepinte et Corner Art l’a croisé.

L’illusion est parfaite. Pourtant c’est bien le verre que Satoshi souffle. Sa pièce, Verseau, semble être faite d’eau, de terre et de soleil. Ce qui a touché l’œil et le cœur de Corner Art, ce sont les teintes et les effets de matière de cette forme épurée.
Ses lignes d’abord, sont douces mais ce qui frappe, très vite, c’est le pouvoir des éléments que Satoshi insuffle à son verre. Sa création vit, elle nous parle des entrailles de la terre ou des bleus d’une mer lointaine. Le verre est taillé, poli…
Ce sont ses secrets.

L’envolée du cuivre

L’illusion, c’est l’effet recherché. Le créateur, lui, existe bel et bien, il fait partie de l’œuvre. Gilles Candelier a rencontré le cuivre par hasard, en pleine rue.

Depuis, il sculpte le temps. Cinquante ans après, le sage insatiable et passionnant, s’étonnent encore des propriétés du métal. Chaque matin, il coupe des sections de ses liasses de cuivre, c’est sa « gym matinale ». Il métamorphose sa matière, s’amuse des ombres portées et des apparences de fluidité.

L’effet est déroutant. La légèreté d’un tissu joueur et la subtilité des empreintes lumineuses sur le mur étonnaient déjà.
Lorsqu’ensuite, on comprend que la sculpture est en cuivre, Corner Art tout entier pétille.
On savait le métal lourd mais, ici, il est profond, évocateur et chatoyant.
La sculpture est sublime. L’histoire du temps écrite sur un mur.

Elle pastille du coton

En plein salon, un havre de paix. Surprenant, mais possible. Quelqu’un y a aménagé le coin des rêves, a posé des nuages ou des bonbons de meringues. C’est de la céramique.

Les silhouettes troublantes et les teintes gourmandes de ses pièces sont d’une beauté absolue.

On croyait connaître la douceur…

La finesse du Monde microscopique de porcelaine de WENQi LIU est d’abord adorable. Elle appelle le regard et ne nous lâche plus. Et puis l’objet cherche l’intimité. On s’approche et on détaille le pastillage minutieux, les marques timides d’une beauté à regarder de près.
WENQi LIU réussit à attendrir le noir et à rendre les contrastes moelleux.

Après la tendresse, une perle

On ne la voit pas tout de suite, les secrets prennent leur temps. Matthieu Fert a pris celui qu’impose le compagnonnage avant de développer ses premières créations libres.

L’ébéniste d’art allie essences et matières nobles, précisément.

Ici, une souche en ormeau centenaire, rencontrée dans les bois, enserre une perle de cristal massive, inattendue mais bien à sa place. Sur le plateau en verre trempé et sur le socle en marbre noir, le créateur a eu la douce idée de graver un message. Savant jusqu’au bout, il a conçu sa table basse intégralement démontable. Aucun risque.

Le verre protège et la perle se cache. Le bois, lui, trône. Corner Art l’a vu comme le témoin émouvant de la vie et ses accidents. A peine un sablage, comme un soin, pour raconter le temps. Celui de la Nature et celui qu’il a fallu à Matthieu pour la sublimer et créer La Perle rare.

Le fil de fer est un poète

En fils noués, Anathomie projette nos émotions sur les murs.

Le fer, impertinent, s’anime pour faire battre un cœur ou des ailes de papillon. Avec lui, le miroir nous parle et, par un curieux procédé que l’on aime feindre d’ignorer, l’ombre s’anime et se transforme. Questions d’interactions, de capteurs, de leds…

La rencontre du féérique et de l’ingénieux est saisissante. A chaque nouvelle création, le tandem amuse, épate et enchante. Anathomie rend l’art mouvant et les symboles émouvants.
Les fils de fer sont libres, ils jouent avec les mots, le vide et la lumière.
Alors lorsque, sur nos murs, les amants s’embrassent et la femme endormie rêve, laissons-les faire.

Patience ! Bientôt, Corner Art vous dira tout de ces histoires de fil de féeristes….

Laisser un commentaire